Aller directement à la navigation

Comprendre l'agressivité pour mieux la gérer

Gérer l’agressivité en général, au travail en particulier, ne va pas de soi.

Faire face à sa propre agressivité, être confronté à celle d’autrui, peut très rapidement se révéler compliqué.

Le Médiateur, comme tout professionnel, peut se retrouver un jour dans cette impasse.

D’où la proposition, pour mieux l’appréhender, de refaire plus ample connaissance avec cette agressivité.

Des pistes de solutions, éprouvées par chacun de nous, pourront alors être échangées.

 

L’agressivité c’est quoi ?

Le mot « agressivité » vient de l’expression latine ad-gressere, signifiant « aller vers ».

C’est alors une force de vie, une énergie positive que chaque  humain peut déployer ; celle qui le pousse à agir pour progresser ou se protéger des dangers multiples semés sur son parcours de vie ou, parfois, fuir.

L’agressivité peut être aussi une réaction contre la frustration, se manifester par de la colère ressentie ou exprimée et servir à dépasser les embûches pour satisfaire ses besoins.

C'est donc une énergie vitale indispensable à tout être vivant, qui pour gravir les plus hauts sommets de la planète, qui pour tirer sa subsistance d’une terre ingrate, qui pour vaincre une maladie.

L'agressivité est de fait une forme primaire de communication, impulsive, guidée par des sentiments  ou raisonnée, utilisée dans un but déterminé.

Tristesse, colère, attentes insatisfaites, impuissance, peurs, blessures de l'enfance constituent les ingrédients de base d’une agressivité dite « négative ».

D’ailleurs, dans le langage courant actuel, le terme agressivité endosse d’abord ce sens négatif : une intention de nuire à quelqu’un par l’adoption d’un comportement inacceptable, préjudiciable à l’autre (dommages physiques ou émotionnels) et facteur de plaisir pour son auteur.

Ouvrons là une parenthèse pour distinguer agressivité et violence :

Comme nous l’avons vu plus haut, la personne agressive va au contact de l’autre par besoin de faire reconnaître son degré positif ou négatif de puissance.

A l’opposé, la personne violente ignore autrui. Elle veut juste, parce qu’elle le vit comme une nécessité impérieuse, éliminer l’obstacle, ce qui lui fait violence.  En détruisant l’autre, ou elle-même, elle ne prend  là aucun plaisir.

Rappelons simplement ici la définition de la violence avancée par l’Organisation Mondiale de la Santé : c’est « l’usage délibéré ou menace d’usage délibéré de la force physique ou de la puissance contre soi-même, contre une autre personne ou un groupe, qui entraîne ou risque d’entraîner un traumatisme, un décès, un dommage moral, une carence ».

Agressivité positive, agressivité négative : on peut donc dire de l'agressivité qu’elle est, pour le moins,  un mécanisme complexe.

Peut-on ajouter que la perception de l’agressivité est subjective ?

Rappelons que la personne agressive se nourrit de mal-être, de souffrance, de frustration et cherche, par son attitude, à attirer l’attention, se faire entendre, reconnaître.

Son agressivité peut s’exprimer de différentes manières et à des degrés divers : verbale (dénigrement, insultes, menaces…), non verbale (gestes menaçants ou obscènes…), manipulatoire (chantage…), destructrice (physiquement, psychiquement, matériellement).

 

Comment y faire face ?

En citant Socrate et son fameux « connais-toi toi-même ».

N’est-il pas effectivement nécessaire que tout médiateur explore son propre champ émotionnel et renforce, si besoin, ses capacités de distanciation ?

Dans le cas contraire, n’y a-t-il pas risque de se laisser submerger par ses propres sentiments, d’alimenter l’agressivité d’autrui et  ainsi perdre toute crédibilité et tout contrôle de la situation ?

A contrario, rester centré intérieurement et pleinement attentif à l’autre devrait favoriser, chez le médiateur,  l’émergence  de solutions de bon sens permettant d’abaisser le niveau de tension et d’entrer dans le processus de médiation.

Ce préalable étant posé, nous aurions pu disserter sur les diverses manifestations développées par une personne potentiellement agressive ; distinguer les manifestions saines et malsaines ; explorer les techniques de communication positive… 

Nous n’en n’avons ni la prétention, ni l’envie ; pas davantage la volonté de délivrer un recueil de recettes permettant de faire face à toute situation d’agressivité.

Nous préférons vous lancer une invitation  à échanger, sur le forum du site de l’association, à propos de votre réalité professionnelle en ce domaine.

Ah, le son envoûtant de la caresse des doigts sur le clavier…



Menu principal 2

Article | by Dr. Radut