Aller directement à la navigation

L'édito d'Eric FERRAND, nouveau Président de l'AMCT

Lors de l’Assemblée Générale de notre Association, au mois d’avril dernier, vous m’avez fait le grand honneur de m’élire, à l’unanimité, à la fonction de Président, succédant ainsi à notre collègue, Martine NADEAU, qui n’avait accepté cette fonction que pour une année et ne sollicitait donc pas son renouvellement.

Je veux saluer ici le travail accompli par Martine qui n’a pas ménagé ses efforts pour développer notre Association, poursuivant en cela l’œuvre entamée par Claire BRISSET, ma prédécesseure à la Ville de Paris, à l’origine de la création de l’AMCT. Claire a jeté les fondements de l’Association et présidé à sa naissance il y a maintenant un peu plus de deux ans. Elle avait alors pressenti le besoin et la nécessité pour les Médiateurs en fonction dans les collectivités territoriales de se rassembler pour partager leur expérience, échanger sur les pratiques et méthodes de la médiation et réfléchir sur des thèmes communs. Elle pensait aussi, à juste titre, que l’Association devait avoir pour objectif le développement de la médiation dans les collectivités territoriales et donc susciter la création de Médiateurs institutionnels dans ces collectivités. Enfin, elle entendait faire de cette Association une structure-ressources pour tous les Médiateurs adhérents, capable aussi de les représenter dans les travaux et débats sur la médiation.

Tous ces objectifs ont été poursuivis de façon concomitante par mes deux prédécesseures avec beaucoup de ténacité et d’implication personnelle, ce qui a permis à notre Association de réaliser des avancées tout à fait remarquables dont il a été rendu compte lors de notre Assemblée Générale à Lille.

Bien entendu, je n’oublie pas que le développement de l’Association a été rendu possible grâce au travail et à l’efficacité du secrétariat permanent fonctionnant sous la houlette de Claude DESJEAN et avec le concours, ô combien précieux, de Karine VALLET et de Gaëlle ROUGERIE. Sans la présence de ce secrétariat qui prépare les réunions du Bureau et du Conseil d’Administration, met en œuvre les décisions, coordonne et impulse l’activité de l’Association, l’AMCT ne pourrait pas fonctionner. Je veux là aussi rendre un hommage particulier au dévouement de ces collaborateurs et à la qualité de leurs travaux.

Pour ce qui me concerne, je continuerai l’œuvre entreprise par Claire BRISSET et poursuivie par Martine NADEAU afin que la médiation institutionnelle puisse devenir incontournable au sein des collectivités territoriales. Il faut que la médiation devienne une véritable exigence dans ces collectivités.

Pour ce faire, il importe que ce mode alternatif de résolution des conflits à l’amiable soit davantage reconnu par nos élus locaux et que nos concitoyens soient informés de la présence des Médiateurs là où ils existent. Notre Association participe déjà à cette mission à travers la publication de sa « Lettre d’Information » et avec la mise en service de son site Internet. Mais il lui faut aller plus loin et convaincre les collectivités territoriales encore réticentes, et notamment certaines grandes villes, mais aussi les départements et les régions, de l’intérêt de mettre en place un Médiateur institutionnel. C’est là une tâche exaltante à laquelle je m’attacherai avec le concours de tous les collègues qui voudront bien m’accompagner dans cette démarche. Et puis il faudra aussi revenir sur la formation des Médiateurs dans la perspective d’aboutir à la création d’un module spécifique à la médiation dans les collectivités territoriales.

Nos collègues, membres du Bureau, Maurice CHIPOT, Médiateur du Cantal et Hervé CARRÉ, Médiateur de la ville d’Angers et du département du Maine et Loire, reprendront ce dossier à la fois auprès de l’IGPDE, centre de formation des Ministères de l’Économie et des Finances qui dispense déjà une formation générale à la médiation, et auprès du Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) qui semble être intéressé par ce sujet.

Enfin, il faut que l’AMCT porte haut et fort les valeurs de la médiation qui sont consacrées dans la Charte des Médiateurs des Collectivités Territoriales, à savoir : l’indépendance, l’impartialité, la neutralité, la confidentialité, la transparence et l’équité.

Notre Association devra donc être plus présente dans les colloques, séminaires et autres congrès où l’on traite des questions de médiation. Il y va de sa notoriété et de sa crédibilité.

Tels sont les principaux axes de l’action que j’envisage de mener pour rendre l’AMCT plus forte et plus visible dans le paysage de la médiation en France.



Menu principal 2

Article | by Dr. Radut