Aller directement à la navigation

La médiation à Bourges: histoire de sa genèse, de sa mise en oeuvre et de ses premiers résultats

La médiation était un des objectifs de campagne du Maire de Bourges, Pascal BLANC.

Le 5 janvier 2015 lors de ses vœux, il annonçait :

« J’ai décidé de nommer un médiateur de la ville de Bourges.

Je veux qu’en toute circonstance

Vous puissiez trouver une oreille attentive,

Bénéficier d’un regard impartial et,

Pour les cas les plus complexes,

Recevoir un accompagnement renforcé.

Je souhaite plus particulièrement

Que ceux d’entre vous, qui sont les plus démunis, ne se trouvent pas désemparés

Face à une situation administrative

Paraissant parfois inextricable. »

Le Maire avait bien senti toute cette nécessité d’être plus proche des habitants et de leurs besoins ; c’est ainsi qu’il m’a proposé ce poste en insistant particulièrement sur deux aspects : mon écoute toujours attentive aux autres et ma facilité au développement des réseaux ; si j’y ajoute mon passé de Maire rural, sans doute je réponds ainsi aux attentes d’un Maire tourné vers ses habitants.

Les attentes et les griefs sont très variés, et il n’est pas toujours avisé de repérer les intérêts des parties en cause, d’où l’importance de la stricte neutralité et de l’équité envers chaque requérant, de la bienveillance, de la courtoisie et évidemment de la confidentialité, autant de problématiques qui souvent sont accompagnées de difficultés très personnelles dépassant le cadre de la pure médiation. Il faut écouter, entendre, comprendre avec le cœur mais sans y laisser passer « l’affect » qu’une femme comme moi aurait tendance à faire !

Pour les administrés, c’est un plus indéniable, d’ailleurs souvent ils écrivent sur ce sujet au Maire pour le remercier.

Pour les services de la Mairie, au début, cela a été parfois difficile, il faut le reconnaître.  Que vient-elle faire là ? Que peut-elle apporter que l’on ne fait pas déjà ? Vient-elle surveiller notre mission ? Quels liens avec le Cabinet du Maire d’où elle vient ?

Il faut, au démarrage, passer du temps à expliquer la mission et les complémentarités avec les services en place, ne pas empiéter sur leurs missions mais savoir les solliciter,  car chacun a une spécificité avérée et reconnue, très utile pour un médiateur qui n’a pas de formation technique ou juridique, … et régulièrement prendre le temps de rencontrer les collègues, savoir les écouter car ils sont souvent confrontés à de nombreuses problématiques. Il n’y a pas que les citoyens qui doivent y trouver leur compte. C’est un partage qu’il faut réussir à mettre en exergue où chacun y a sa place, et la meilleure qui soit …

Si je fais un premier bilan après 18 mois dans ce poste, il apparaît que les problèmes de voisinage arrivent en tête, suivis des demandes concernant des problèmes relevant du service de la voirie. Viennent ensuite des demandes relevant de domaines très variés relatifs au logement,  puis des problèmes rencontrés avec divers services.

Si je suis soucieuse pour chaque dossier d’améliorer mes liens avec les usagers et les collaborateurs de la Mairie, il faut aussi en tisser avec les partenaires de la collectivité, les autres médiateurs et conciliateurs du département,  s’appuyer également sur les médiateurs des autres villes faisant partie de l’AMCT.

Si chaque jour apporte son lot de nouveautés, il vient aussi avec de nombreuses questions auxquelles les plus anciens ont aussi été confrontés. Ce partage-là est vraiment essentiel à notre mission. On y puise la confiance et la simplicité des relations. Que demander de plus ?

Oui, c’est utile et pratique. Ce sont des missions qui sont appelées à se développer dans de nombreux secteurs d’activités. De nouveaux postes en perspective.

Oui, la médiation a le vent en poupe !

 

Bernadette VILLAIN

Médiateur de la Ville de Bourges

 

 

Ci-dessous, le fichier PDF du rapport d'activité 2016 de Bernadette VILLAIN:

 



Menu principal 2

Article | by Dr. Radut