Aller directement à la navigation

La prévenance et le professionnalisme du Médiateur d'une collectivité territoriale

L'instruction des réclamations soumises par les citoyens, qui font usage des services publics de la collectivité, est le cœur de la mission du médiateur.

Quelle est donc la nature des pratiques de cette médiation communale, départementale ou régionale ?

La pluralité des fonctions de médiateur se situe à l'interface entre l'administration et ses usagers, entre les tentatives d'inflexion de certaines décisions administratives, le travail pédagogique mené auprès des requérants, des services et les recommandations générales émanant de l'étude objective de la récurrence des saisines.

A partir de l'analyse ethnographique du traitement même des situations individuelles, il est deux vocables qui retiennent mon attention.

 

En premier lieu, la prévenance du médiateur, cet égard particulier, cette délicatesse, cette bienveillance, cette politesse qui permet l'accortise, c'est à dire cette humeur accommodante, cette souplesse qui facilite le processus rigoureux  et structuré d'intervention en médiation et qui met en capacité de faire émerger, d'apaiser les émotions vives liées à l'origine du litige même.

Le médiateur a soin de montrer l'obligeance qui le caractérise. Sa complaisance est cette grandeur qui, en sciences des matériaux, caractérise le comportement élastique du matériau même.

Facilitateur, intercesseur, faisant preuve d'une réelle adaptabilité, le médiateur a pour mission de restaurer un climat de respect mutuel et de sécurité pour chacun.

C'est un professionnel de la communication ; il crée l'espace de confiance et de parole qui fluidifie les échanges, permet un authentique dialogue et la recherche active de la résolution des points de désaccords.  

Ainsi, l’issue favorable d'une tentative derésolution amiable montre l'utilité sociale et sociétale de la médiation au sein d'une collectivité territoriale, de ce véritable  dispositif- citoyen  d'écoute et de co construction tourné vers la satisfaction et la qualité du service public rendu.

 

En  second lieu, le professionnalisme; le souci de professionnalisme du tiers médiateur est  adossé aux valeurs de la charte de déontologie des médiateurs des collectivités territoriales, avec trois  principes essentiels qui sont la liberté, l'impartialité et la confidentialité.

Sa posture singulière le positionne dans la spécialisation d'une discipline, celle de la médiation.

Le professionnalisme est cette capacité à assurer un engagement envers la société et à répondre à ses attentes. Il  est aussi cette qualité de travail de quelqu'un ayant de l'expérience.

Un processus particulier de négociation, volontaire, coopératif est ainsi mené dans un rapport spécifique au temps, celui de l'ouverture où le médiateur se donne la possibilité d'appréhender la perception de l'usager et des services, pour clarifier, expliquer, ré expliciter, pour déminer le conflit et trouver un dénouement satisfaisant pour les parties.

Le vrai professionnalisme, cet état de fait, s'apprend, se cultive, s'améliore …

Cela  implique le développement d'une compétence originelle, une réactivité et une réelle  disponibilité, une flexibilité qui permet ces allers -retours entre les parties en présence, cette qualité et richesse de communication.

Garant de la manière dont se déroule l'intervention, le médiateur répond  à ces conditions fondamentales que sont l'honneur, la probité, la qualification continue, la capitalisation des acquis de l'expérience et  l’indépendance.

 

Citons  le poète et conteur Jean de la Fontaine qui  a  marqué l’histoire par ses fables. 

Il écrivit dans  "Les vautours et les Pigeons"...

« (...) Elle employa sa médiation

        Pour accorder une telle querelle (...) »

 

Brigitte GAFFET

Médiateure du Conseil départemental de la  Somme



Menu principal 2

Article | by Dr. Radut