Aller directement à la navigation

Portrait de Bernadette VILLAIN, Médiateur de la Ville de Bourges

Dans ce nouveau numéro de la Lettre d’Information, c’est Bernadette VILLAIN, Médiateur de la Ville de Bourges, ville hôte de la prochaine Assemblée Générale de l’AMCT, qui s’est prêtée à son tour au jeu des questions / réponses. Découvrez à travers ce portrait son engagement et sa passion pour ses nouvelles fonctions…

 

Bernadette VILLAIN, présentez-vous en quelques mots ?

Berrichonne bien ancrée sur mon territoire, je suis mère de deux enfants et grand-mère de quatre petits-enfants.

D’origine agricole, j’ai été Maire d’une petite commune du vierzonnais et Vice-présidente d’une communauté de communes, où  le contact humain était au centre de  toutes mes activités.

J’ai assuré durant de nombreuses années la direction du Comité du Bassin d’Emploi du Pays de Vierzon et sa Mission Locale, avant d’intégrer le Cabinet de Serge Lepeltier, alors Maire de Bourges, où j’exerçais en tant que Chargée de mission Emploi-Économie.

En mai 2015, j’ai débuté mes fonctions de Médiateur de la ville, poste confié par Pascal Blanc, nouveau Maire de la ville.

Disponible, accueillante et toujours attentive aux autres, je prends très à cœur cette nouvelle activité que je vis comme une vraie mission de confiance.

 

Comment votre collectivité a-t-elle été amenée à proposer un service de médiation ?

La médiation répond à un des engagements de campagne du Maire qui a souhaité que chaque habitant puisse trouver une oreille attentive et ne se sente pas démuni face à une situation administrative qui peut paraître pour certains inextricable.

 

Quels sont les atouts qui vous ont été reconnus pour être nommée ?

Il est difficile de répondre à la place du Maire. Je sais simplement qu’il m’a proposé ce poste en insistant particulièrement sur deux aspects : mon écoute toujours attentive aux autres et ma facilité au développement des réseaux. De plus, de par mon passé, je connais bien les rouages d’une collectivité territoriale.

 

Est-ce que votre parcours personnel et professionnel vous destinait à devenir un jour Médiateur de Bourges ?

Je pense que, sans le réaliser, j’ai toujours eu au fond de moi ce sens de la médiation, que ce soit face aux agriculteurs de mon territoire lorsque je m’occupais d’une association d’hydraulique agricole (la mise en place des systèmes de drainage nécessitait une collaboration entre agriculteurs, pas toujours simple !) ou quand j’étais Maire de ma petite commune dont les habitants s’adressaient à moi pour régler toutes sortes de litiges …

Lorsque je fais le tour de mon passé, il peut sembler logique qu’un jour ou l’autre j’exercerais ce type de mission.

En tant que responsable d’un comité de bassin d’emploi ou Chargée de mission au Cabinet du Maire, le développement des réseaux, axe important de la médiation, a toujours fait partie de mes attributions.

 

Avant d’exercer cette nouvelle fonction, avez-vous suivi des formations spécifiques ? Dans quels objectifs ?

Soucieuse d’améliorer les liens entre l’administration et l’usager, j’ai parfait mon cursus en suivant une formation avec l’IGPDE (Institut de la Gestion Publique et du Développement Économique), avec un certificat à la clef.

J’entretiens mes connaissances acquises par un plan de formation continue, tels les stages de médiation pénale auprès du Procureur de la République et de ses adjoints.

Également femme de terrain, j’ai souhaité acquérir une meilleure connaissance des missions d’autres Médiateurs et je suis ainsi allée découvrir les actions de la Ville de Brive et celles du Médiateur d’Angers avec qui j’ai des contacts professionnels réguliers et qui m’aide à améliorer ma pratique quotidienne. Merci à mes collègues !

 

Comment êtes-vous positionnée dans l’organigramme de votre collectivité ?

Je dépends du Directeur Général des Services pour la partie administrative, et j’ai un élu de référence avec qui je fonctionne au quotidien. Ma chance est qu’il est avocat dans sa vie professionnelle et que la médiation lui tient évidemment très à cœur. Pour moi, cela est un super atout.

 

Ce rôle de Médiateur répond-il à vos aspirations ?

Je me suis toujours donné de nombreux challenges dans ma vie, et celui-ci en est vraiment un. Il me permet de découvrir des services de la Ville avec lesquels je n’avais jamais eu aucun lien auparavant. C’est un véritable engagement citoyen, et depuis toujours j’ai été captivée par les relations aux autres…

 

Au quotidien, comment travaillez-vous ?

« Mes journées se suivent mais ne se ressemblent pas ».

Je consacre une partie de mon temps à recevoir des administrés ou à répondre aux sollicitations téléphoniques.

J’écoute toujours longuement et avec beaucoup d’attention les personnes me sollicitant, quelque soit l’aspect de leurs requêtes. Si celles-ci ne relèvent pas de la médiation, je les oriente vers le bon interlocuteur ; éventuellement je les accompagne lorsque je les sens désemparées.

Pour les autres, afin de réunir tous les éléments me permettant de traiter les demandes qui me sont soumises je contacte si nécessaire les services municipaux.

Pour m’aider dans cette tâche, j’ai la chance d’avoir une assistante qui est à la Mairie depuis de nombreuses années et qui connaît bien les différents services ainsi que leur mode de fonctionnement.

 

Depuis 10 mois, vous exercez la fonction de Médiateur de la Ville de Bourges. Quel sentiment domine ?

La Mairie reste pour la plupart des habitants le lieu incontournable lorsque l’on ne sait pas où s’adresser.

La disponibilité et l’accès facile au service médiation répondent au moins à la première demande qui est avant tout l’écoute et l’impartialité.

Je me suis rendue compte à quel point la création du poste de Médiateur répondait à une attente très forte des Berruyers.

 

Qu’est-ce qui vous donne le plus de satisfaction dans votre mission ?

La confiance et la simplicité des relations, à tous les niveaux, avec les personnes reçues, les services municipaux et les interlocuteurs extérieurs.

Le fait qu’ils perçoivent l’utilité de mon travail est une grande source de satisfaction.

 

Quel dossier vous a le plus marquée ?

Tous ! Chaque dossier est marquant. C’est à chaque fois une nouvelle rencontre, et aussi parfois une découverte insoupçonnée de mes propres possibilités, parce que la solution recherchée allait de soi, en l’exprimant à haute voix devant des tiers … et le sourire qui apparaît alors sur un visage est la meilleure des récompenses !

               

Selon vous, pourquoi existe-t-il aujourd’hui un tel besoin de médiation ?

Ce que je trouve particulièrement triste et délirant à la fois, c’est qu’à une époque où tout devrait sembler facile grâce aux  médias, les gens ne se parlent pas. On ne cherche plus à résoudre même les petits conflits, mais on accuse très vite le voisin, l’administration … sans parfois penser à se remettre en cause soi-même. Il y a un énorme travail à faire pour réinstaurer dialogue et communication entre les gens.

 

Vous êtes une nouvelle venue au sein de notre Association. Quel regard portez-vous sur elle ?

Je remercie l’Association et particulièrement son Secrétaire général, Claude DESJEAN, qui est la pierre angulaire de cette Association. Il m’a aussi orientée vers d’autres Médiateurs comme Hervé CARRÉ, Médiateur de la Ville d’Angers et du Département de Maine-et-Loire avec qui, les échanges et les partages me sont essentiels et me permettent d’évoluer dans un poste qui est, chaque jour, à construire.

 

En avril prochain, vous accueillerez dans votre ville la prochaine Assemblée Générale de l’AMCT. Pas trop de pression ?

Accueillir à Bourges la prochaine Assemblée Générale est très important pour moi. Je mets toute mon énergie à préparer cette manifestation et j’espère que tous ceux qui auront fait le déplacement n’auront qu’une envie, c’est de revenir dans notre belle ville.

Nous avons une superbe cité médiévale qui ne demande qu’à se faire connaître : la Cathédrale Saint-Etienne, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO,  le Palais Jacques-Cœur, joyau incontournable de l’art gothique civil,  mais aussi les Marais qu’on ne se lasse jamais de découvrir, et je ne vous parle pas des nombreux châteaux et abbayes de notre département du Cher, si chers à mon âme berrichonne !

Oui, il y a beaucoup de pression, mais je sais que je ne suis pas seule : tout le monde est là pour m’accompagner dans cette démarche, le Maire, ses Adjoints, les Conseillers municipaux, le service Communication, le Conseil Départemental et son Président …

Que demander de plus ?

… Le soleil sur la ville et dans les cœurs pour cette journée qui sera, je n’en doute pas, riche de partage et d’échanges.



Menu principal 2

Article | by Dr. Radut