Aller directement à la navigation

Portrait de Didier PEUCH, Médiateur de la Ville de Tulle et Trésorier de l'AMCT

Pour ce nouveau portrait, nous sommes allés en Corrèze à la rencontre de Didier PEUCH, Médiateur de la Ville de Tulle et, par ailleurs, Trésorier de l’AMCT. Si Tulle est souvent surnommée « La ville aux sept collines », son Médiateur s’est, quant à lui, prêté bien volontiers au jeu des sept questions-réponses.

 

A quelle date votre collectivité a-t-elle été amenée à nommer un Médiateur et à quel moment avez-vous rejoint ce service ?

C’est en 2001 que François HOLLANDE, alors Maire de Tulle, a nommé un Médiateur. A l’époque, en France, très peu de Médiateurs étaient en fonction.

Dès son élection, lors d’échanges avec la population, le Maire avait identifié un manque d’écoute et des réponses tardives, partielles ou incomplètes. Afin de pallier ces difficultés, il a décidé de nommer un agent titulaire au poste de Médiateur afin que ce dernier puisse mettre en place les mesures nécessaires permettant d’apporter aux demandes de la population une réponse réactive et adaptée.

Mon prédécesseur a exercé la fonction pendant huit ans, soit jusqu’en 2009, date à laquelle je lui ai succédé.

Auparavant, j’occupais le poste de Responsable au sein du service de gestion et occupation du domaine public (surveillance du stationnement payant, organisation des foires et marchés, gestion du domaine public).

 

Quel est votre statut ?

Je suis fonctionnaire de la fonction publique territoriale et donc soumis à une hiérarchie. On pourrait dès lors penser que c’est un handicap au niveau de mon indépendance. Mais tel n’est pas le cas car dans l’exercice de ma fonction de Médiateur, ma collectivité me garantit une totale indépendance dans la gestion des dossiers que je suis amené à traiter.

 

Présentez-nous vos missions

Mes missions ne sont pas exhaustives.

J’interviens notamment  sur :

  • des problèmes de voisinage (difficultés relationnelles, nuisances, manque d’entretien des espaces verts, etc.) ;
  • les réclamations à l’encontre des services municipaux ;
  • des problématiques entre les particuliers et les professionnels (intervention des professionnels à domicile, entre locataires et bailleurs publics et privés) ;
  • le suivi des demandes formulées par les Tullistes lors des assemblées de quartier et des réclamations adressées aux élus.

 

Comment répondez-vous aux diverses demandes et aux attentes des personnes qui ont fait appel à vous ?

L’écoute et la compréhension des faits qui me sont exposés sont primordiales et la reformulation est bien souvent nécessaire.

J’essaie tout d’abord d’être pragmatique et de me mettre dans la situation des personnes qui m’interpellent ;  ensuite je me pose la question : « Que ferais-je à leur place ? ».

 

Combien de dossiers traitez-vous en moyenne par an et quels sont les principaux motifs de saisine ?

Entre 300 et 400 dossiers me sont confiés chaque année.

Depuis ma prise de fonction en 2009, les demandes que j’ai été amené à instruire peuvent se décomposer ainsi :

 

Demandes en rapport avec les services de la collectivité

Problématiques entre particuliers et professionnels

Conflits de voisinage

Réorientations-

Renseignements

Problématiques liées

à des services publics

(autre que la collectivité)

36.5%

14%

39%

5,5%

5%

 

Mon bureau est situé au sein de la Mairie. J’y reçois les personnes. On peut me contacter aussi par téléphone et par mail.

 

Pensez-vous que votre collectivité a eu raison de nommer un Médiateur ?

Oui je le pense et les demandes de médiation, depuis ma prise de fonction, ne cessent de progresser. D’une façon générale, les citoyens rencontrent des difficultés à identifier précisément une personne-ressource capable de les écouter, de les conseiller et de les aider.

Le Médiateur est devenu un maillon essentiel de la collectivité.

 

Comment voyez-vous l’évolution de la médiation dans les collectivités ?

J’observe que la médiation a le vent en poupe et a de beaux jours devant elle. Je pense qu’un véritable statut devrait être défini. Il devrait préciser notamment le mode de recrutement (fonctionnaire, personnalité extérieure), son positionnement dans la collectivité (indépendant, inamovible durant une période définie) et ses domaines de compétence.

J’ajoute qu’il serait opportun que des formations adaptées soient mises en place au profit des Médiateurs des collectivités territoriales et de leurs collaborateurs.

L’Association des Médiateurs des Collectivités Territoriales (AMCT), au sein de laquelle j’exerce la fonction de Trésorier, œuvre d’ailleurs à faire aboutir un tel projet.

Enfin, la médiation devrait être le passage obligé avant tout déclenchement d’une procédure contentieuse.

 

Didier PEUCH

Médiateur de la Ville de Tulle

Trésorier de l’AMCT



Menu principal 2

Article | by Dr. Radut