Aller directement à la navigation

Portrait d'Etienne STOCK, Médiateur de la Ville de Metz

Qui êtes-vous Etienne STOCK ?


J’aime me qualifier d’ancien fonctionnaire hybride. En effet, j’ai fait la majeure partie de ma carrière professionnelle au ministère de l’Intérieur, mais j’ai également eu l’opportunité d’appartenir à plusieurs reprisées à la fonction publique territoriale.

 

C’est en 1975 que je suis entré sur concours à la préfecture de la Moselle, comme secrétaire administratif (catégorie B). Et j’ai terminé en  2015, comme préfet chargé d’une mission de service public. Donc 40 ans au service de l’Etat, ou plutôt au service des territoires au nom de l’Etat.

 

Entré dans le corps préfectoral en 2000, j’ai en 15 ans accompli un parcours classique : directeur de cabinet du préfet, secrétaire général de la préfecture, sous-préfet d’arrondissement, chef du bureau de la formation au ministère de l’Intérieur, en plus d’un double passage en cabinet ministériel.

 

Mais au préalable entre 1975 et 2000, alors que j’étais fonctionnaire de préfecture, il m’a été donné d’occuper en disponibilité plusieurs postes au sein des collectivités territoriales : secrétaire de mairie, directeur de cabinet d’un maire, délégué d’une structure de développement local.

 

Enrichi par cette particulière dualité de fonctionnaire de l’Etat et d’agent communal, je pense avoir pu bien appréhender les problématiques et les priorités de chacun, et ainsi apporter dans ma vie professionnelle une meilleure réponse aux projets et aux enjeux de l’un comme de l’autre, toujours soucieux de répondre de façon adaptée et pertinente aux impératifs et aux attentes de mes interlocuteurs de proximité.

 

Quel regard portez-vous sur votre fonction de médiateur après 3 ans d’exercice ?

 

Pour moi, la fonction de médiateur qui m’a été confiée au printemps 2016 s’inscrit, avec le même état d’esprit, dans la continuité de l’exercice de mes différentes responsabilités professionnelles : écoute attentive, respect de son interlocuteur, rigueur d’analyse, objectivité et neutralité, indépendance et responsabilité.

 

Je ne suis ni l’avocat des usagers, ni le procureur des services de la Ville de METZ. Par contre, un médiateur doit être réactif et pédagogue vis à vis des usagers qui le sollicitent, méthodique et scrupuleux vis à vis des services municipaux, fiable et politiquement neutre vis à vis des élus. J’essaie de conjuguer au mieux ces impératifs, avec les limites d’un total bénévolat.

 

Les élus messins sont unanimement attentifs aux relations avec les usagers de la Ville, et ils veillent à les améliorer autant que nécessaire. La création de la fonction de médiateur municipal en 2014 est un marqueur fort de cette volonté.

 

Au début, j’avais conscience de l’utilité de la médiation ; aujourd’hui, je suis convaincu de sa nécessité et j’espère que la proposition de loi que nous connaissons sera votée par nos parlementaires pour instituer un médiateur dans une certaine catégorie de collectivités territoriales.

 
 

Comment voyez-vous localement à l’avenir de la médiation à METZ,

La création récente de la métropole a entrainé le transfert de plusieurs compétences exercées par la commune de METZ vers METZ-METROPOLE. De ce fait, la position du médiateur municipal n’est plus totalement en phase avec la réalité de l’exercice de ces compétences. Il n’est pas non plus d’emblée qualifié pour intervenir auprès des services et des élus de la métropole. Une évolution semble donc souhaitable, à la fois pour clarifier la position des uns et des autres, mais surtout dans l’intérêt de la médiation et des usagers messins qui sont en droit d’attendre que le médiateur auquel ils s’adressent puisse pleinement agir.

 

Cette question fait actuellement l’objet d’une étude attentive dans le cadre d’un dialogue à trois : Ville de METZ, METZ-Métropole et médiateur. Je suis confiant quant à l’avancée des choses et à leur aboutissement positif à terme.


Etienne STOCK, Médiateur de la Ville de Metz

 



Menu principal 2

Article | by Dr. Radut